La randonnée en hiver, comment ?

Pacific Crest Trail est un chemin de longue randonnée difficile

Faire de la randonnée en hiver, vraiment?

Eh oui! On a vu toute cette vague de bonheur déferler sur les médias sociaux rapportant les joies de randonner l’été pour la chaleur et l’automne pour les couleurs. Mais qu’en est-il de l’hiver?


Je dois avouer que je suis de celles qui n’arrivent pas à déterminer quelle est sa saison favorite pour faire du plein air. Nous avons la chance, ici au Québec, de profiter de toutes les facette de Dame Nature. Au printemps, on assiste à sa renaissance, aux premiers rayons de soleils qui nous réchauffent le visage, les oiseaux qui chantent. À l’été, bien, ai-je besoin de vanter ses mérites? À l’automne, c’est la senteur des feuilles qui tombent, l’air frais, les couleurs qui nous épatent. Mais en hiver, on oublie souvent que malgré la luminosité naturelle réduite du soleil, le blanc de la neige rend tout éclatant! Pas de boue, pas de grisaille dans les forêts (ou presque). En plus, on peut retomber en enfance en profitant des sports de glisse.


Il va de soi, la randonnée hivernale demande un peu plus de préparation qu’en d’autres saisons. Côté habillement, pour ma part, je privilégie toujours le système multicouche. Les bases en mérinos ont définitivement la cote, car en plus de bien conserver la chaleur, elles évacuent bien l’humidité et sèchent rapidement. Par la suite, pour les couches subséquentes, chacun y va de ses préférences. En deuxième couche, j’opte pour une veste en polar ou un duvet (en plume d’oie ou technique – dépendant si vous voulez voyager ultra léger ou non). Pour finir, je prévois toujours une coquille imperméable (pour le haut et le bas du corps) afin de bien me protéger en cas de précipitations ou du vent au sommet. Parlant de pantalons… les frileux de ce monde me contrediront probablement, mais évitez les grosses salopettes d’hiver doublées! Quand on parle de randonner en montagne, on parle aussi d’efforts physiques et amplitude de mouvement. Une paire de pantalons en mérinos sous votre pantalon de randonnée peut amplement vous garder au chaud. Vous pourriez-même opter pour une paire de guêtres qui empêchera le bas de votre pantalon de se mouiller ou encore la neige d’entrer dans vos bottes. À l’occasion, j’opte pour des pantalons en coquille souple portés seuls, car ils sont relativement imperméables, coupe-vent et vous gardent bien au chaud. Encore faut-il prévoir la quantité d’effort qui sera à donner pour la randonnée. Si celle-ci est à faible intensité, vous pourriez alors peut-être avoir besoin de vos pantalons de neige isolés.


En ce qui concerne les autres parties du corps, je ne pars jamais sans mon bandeau multi-usage (de type Buff) que je garde en permanence autour du cou et que je relève sur le nez au besoin. Il est également à noter que le multicouche s’applique aussi aux gants/mitaines. J’aime bien le système de petits gants minces avec une mitaine par-dessus pour les temps plus froids. Finalement, en tant que couvre-chef, à chacun ses couleurs: tuque, bandeau, cache-oreilles, etc.


Pour terminer, il faut bien discuter de ce que nous mettons dans nos pieds. Encore une fois, il n’y a pas de réponse universelle. Il faut d’abord que vous sachiez si vous avez habituellement chaud ou froid au pieds en hiver. Oui, le fait de marcher active la circulation, mais parfois moins bien aux extrémités (mains et pieds). Il faut bien les protéger, car une engelure est si vite arrivée et vous causera des inconforts et des inconvénients pour les années à venir. Je vous suggère d’aller dans un magasin spécialisé afin de recevoir les conseils qui seront adaptés à votre réalité et vos pieds.


Personnellement, je porte des bottes Columbia OmniHeat Bugaboot, mais elles peuvent sembler encombrantes pour certains. Or, ayant les pieds sensibles aux engelures, j’ai opté pour la chaleur maximale. Enfin, je traîne toujours une paire de crampons. J’adore ceux de la marque Hillsound. Cela fait plusieurs années que j’ai les miens et j’ai même équipé toute la famille avec ce modèle. On ne sait jamais quand on rencontrera des portions de sentier gelées. Il faut régulièrement les retirer et les remettre, mais la prudence n’a pas de prix en randonnée d’hiver. Un accident est si vite arrivé. Pour ceux qui optent pour les raquettes, assurez-vous de prendre un modèle plus étroit. Les sentiers sont parfois peu ouverts et vous risqueriez de vous marcher sur les raquettes. En surplus, il peut parfois être intéressant d’avoir des bâtons de marche, munis d’un panier pour la neige. Ceux-ci nous aident à garder notre équilibre lors des descentes qui peuvent être parfois un peu glissantes.


Avant de finir, j’aimerais simplement vous dire de garder votre cœur d’enfant. Amusez-vous dans la neige! Traînez-vous un petit tapis de glisse pour profiter des pentes dans les sentiers, faites des batailles de boules de neige ou encore faites des anges dans la neige! Quoi de mieux que de s’amuser pour profiter de cette belle saison!


Josée Lachapelle

Maman & randonneuse

NOS RECOMMENDATIONS


Laissez un commentaire